C'est en février 1932 que disparut Ferdinand Buisson. Il résidait alors à Thieuloy Saint Antoine. Et passait encore régulièrement saluer l'instituteur du village.

D'ailleurs il v enait de décider d'écarter de ses obsèques les discours dont il se méfiait sans doute puisqu'il avait souhaité que ne s'exprime sur sa tombe que le représentant du syndicat national des instituteurs.